/ Contact / 04.78.17.37.36
/ / / /

Zoom sur les épilations dites définitives

 

 

À force de marketing, de publicités et d’offres en tous genres, il est difficile de s’y retrouver !

Voici donc un point sur les différentes techniques qui peuvent vous être proposées si vous êtes à la recherche de tranquillité dans la gestion de vos poils…

 

Il existe trois grands moyens de se débarrasser pour plus ou moins longtemps de notre système pileux. Dans l’ordre chronologique d’apparition, il s’agit de l’électrolyse (épilation électrique), de l’épilation laser et de l’épilation par lampe flash.

 

 

 

Les débuts avec l’épilation électrique :

 

Apparue dès 1875, l’épilation électrique est la technique à la fois, la plus simple, la plus officiellement définitive (vu le recul que l’on a pour étudier la repousse), mais aussi la plus longue, la plus douloureuse et la plus onéreuse.

Elle consiste en l’insertion d’un filament dans chacun des follicules pileux et l’application d’un courant électrique qui aura pour effet de détruire le poil et tous ses éléments constitutifs.

Cette technique est d’autant plus longue qu’il faut traiter les zones pileuses poil par poil, mais aussi parce que comme les autres techniques, elle ne traitera que les poils à un certain moment de leur cycle. Il faudra donc beaucoup de temps et de séances pour arriver au résultat escompté d’où son prix important.

Par contre, son gros avantage est qu’elle est très efficace, et ce même sur les peaux colorées et les poils blonds et blancs.

 

 

La « photothermolyse sélective » grâce au laser :

 

Un peu plus tard, c’est dans les années 70 que l’on a commencé à développer et trouver des applications médicales aux lasers. Ces appareils délivrent une énergie lumineuse avec une longueur d’onde bien précise. C’est cette longueur d’onde qui permet aux lasers d’être extrêmement sélectifs dans leurs cibles.

Ainsi, dans l’épilation laser, l’appareil va cibler la mélanine (le pigment qui est contenu dans le poil, mais que l’on va aussi retrouver dans une peau bronzée). La lumière captée par le poil va alors se transformer en chaleur et détruire les éléments à proximité responsables de sa repousse. On parle de « photothermolyse sélective ».

L’élimination du bulbe, c’est-à-dire la partie la plus profonde du poil, mais aussi du bulge qui est le réservoir de cellules souches, permet d’obtenir le résultat attendu sur les poils qui sont en phase de pousse active.

Il existe différents types de lasers produisant différentes longueurs d’onde qui vont pénétrer la peau plus ou moins profondément.

Depuis 1995, des lasers ont été créés spécifiquement pour l’épilation. Dans ce domaine, ces appareils ont largement fait leurs preuves en termes d’efficacité et de sécurité. Certains d’entre eux peuvent même être utilisés sur des peaux mates et noires.

En fonction de la densité de poils, des zones traitées et bien entendu de la réponse individuelle, il faudra compter entre 6 à 10 séances pour obtenir un résultat satisfaisant.

 

 

 

Exemple de résultat d'épilation au laser :

 

 

 

 

La dernière innovation : l’épilation par lampe flash :

 

Basée elle aussi sur l’énergie lumineuse, l’épilation par lampe flash est bien plus récente.

Au départ, les lampes flash avaient été conçues pour traiter de petites imperfections cutanées, mais au cours de leurs premières utilisations, les médecins se sont rendu compte qu’elles avaient aussi pour effet secondaire de faire tomber les poils…

C’est donc à la fin des années 90 que de cet effet secondaire, on a fait un objectif de traitement pour ces appareils.

Cependant, attention, les lampes flash ne sont pas des lasers ! Ces dernières émettent en effet une énergie lumineuse polychromatique et non cohérente. En français, cela veut simplement dire qu’elles n’émettent pas sur une longueur d’onde donnée et sont donc moins précises et moins constantes dans l’énergie délivrée. De la même manière que le laser, cette énergie va être transformée en chaleur pour tenter de détruire le poil dans son intégralité.

De gros progrès ont été faits par les fabricants et les machines sont de plus en plus sûres. Reste que contrairement aux lasers, leur qualité est très variable ainsi que leurs prix, et, dans ce domaine-là, on en a souvent pour son argent. Malgré des embouts plus gros et des durées de traitement plus courtes, il faudra souvent plus de séances pour arriver au même résultat qu’un laser. En outre, selon certaines études, les lampes flash moins sélectives seraient responsables de plus de risques de lésions cutanées et de complications. L’indication de ces appareils doit donc être bien posée, le matériel de haute qualité et l’opérateur parfaitement formé. On pourra par exemple s’en servir préférentiellement sur les avant-bras où l’on va plutôt rechercher à obtenir un poil plus fin et plus clair que l’absence complète de poils…

Enfin, les lampes flash que l’on peut utiliser à domicile sont basées sur la même technologie, mais avec une puissance très inférieure à celle utilisée en centre spécialisé. Cette faible énergie ne permet malheureusement pas une destruction complète du bulge (le fameux réservoir à cellules souches) et les poils repoussent systématiquement. Néanmoins, si l’on peut se contenter d’un simple affinement du poil et d’une repousse un peu plus lente, alors pourquoi pas... à condition bien sûr d’un suivi dermatologique régulier.

 

 

 

 

Pour conclure, toutes ces techniques sont intéressantes et vont convenir à certains et pas à d’autres. C’est la raison pour laquelle ce sont des techniques encore aujourd’hui qualifiées de médicales qui ne peuvent d’un point de vue légal être pratiquées que par des docteurs en médecine…

Et que l’on soit d’accord ou pas avec cette loi de 1962, quand il s’agit de son corps, un conseil de bon sens est qu’il vaut mieux éviter d’aller chercher à décrocher la meilleure promo du moment, on ne sait jamais sur qui ou sur quoi on peut tomber !

 

 

< Retour Contactez-nous
Clinique Crillon - 96 rue Crillon - 69006 LYON -